La Ville de Montpellier est la première grande ville de France après Paris à passer à une dématérialisation comptable et financière totale. Un projet entamé en 2010 qui trouve sa concrétisation aujourd’hui. “Ce que nous faisons aujourd’hui entre dans notre souci de transparence” a commenté Philippe Saurel.

Dans le cadre de l’exécution des budgets locaux, les collectivités locales et leurs établissements publics, les comptables publics et les chambres régionales des comptes échangent, chaque année, plus d’un milliard de feuilles de papier A4. Depuis plusieurs années, à l’initiative de la direction générale des finances publiques (DGFiP), l’Etat, les associations nationales d’élus locaux et le juge des comptes travaillent ensemble à limiter ces transmissions de papier ; une dématérialisation qui constitue un enjeu majeur pour les collectivités.

“A Montpellier, la dématérialisation permettra d’économiser 438 550 feuilles soit 2,2 tonnes de papier par an” a précisé Max Levita. Cette dématérialisation sera génératrice d’économies et de gains de productivité pour les services concernés. La municipalité estime à 50 000 euros par an l’économie réalisée quand l’investissement est de 140 000 €.

Une opération saluée par Michel Recor, Directeur départemental des finances publiques de l’Hérault “Le PES 3 prévoit la dématérialisation pour 2019, vous avez donc 3 ans d’avance”. Concrètement, quand il fallait 28 jours pour traiter une facture, ce délai diminuera de 5 jours. Les fournisseurs peuvent envoyer leur facture en version dématérialisée. En lien direct avec la direction départementale des finances publiques, la dématérialisation engendre un contrôle plus rigoureux des opérations et des comptes de la ville.

Communiqué Officiel 

Commentaires

Aucune commentaire actuellement

Rédigez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *